SERVICE DIOCÉSAIN "PASTORALE, SECTES ET NOUVELLES CROYANCES"

9 bis, boulevard Voltaire - 21000 DIJON

 

"PASTORALE, SECTES ET NOUVELLES CROYANCES"

N 1

La Nouvelle Acropole

Les Mormons

La Révélation d'Arès

ISSN 0990-0500

 

Février 1988

Ce feuillet "PASTORALE ET SECTES EN COTE D'OR", dont voici le premier numéro, a pour but de signaler l'existence d'un service "PASTORALE ET SECTES" dans le Diocèse de DIJON.

Son travail consiste principalement à recueillir toutes informations utiles sur les différents groupes qualifiés couramment "sectes" ou "à tendance sectaire" que peuvent rencontrer nos contemporains. C'est donc d'une part l'écoute des divers courants de pensée actuels et l'observation de leurs concrétisations. C'est d'autre part la référence au respect des droits de l'homme et, pour nous chrétiens, le discernement par rapport au message évangélique.

Cherchant sans cesse à s'informer, ce feuillet est également un appel à faire parvenir au service diocésain "PASTORALE ET SECTES" tous renseignements susceptibles d'aider cette information.

Cette dernière est tout naturellement destinée à être partagée. C'est aussi l'un des objectifs du service : informer, soit à un niveau collectif, soit à un niveau individuel. C'est dans ce cadre que s'inscrit ce feuillet. A chaque parution, vous trouverez un article de fond sur le phénomène des sectes, ainsi que des fiches concernant des groupes présents dans notre diocèse.

Je précise tout de suite qu'il ne s'agit pas là d'une "chasse aux sorcières". Les personnes en tant que telles ont droit à notre respect. Il s'agit seulement d'étudier certains groupes susceptibles de mettre en danger, soit l'intégrité de l'homme, quelqu'il soit (nous sommes là dans le domaine élémentaire de la défense des droits de l'homme), soit l'intégrité de la foi chrétienne.

Un homme averti en vaut deux, dit-on. Aussi me paraît-il important de rendre disponibles les éléments de connaissance qui permettront à chacun de discerner.

Soeur Chantal-Marie

 

 

NOUVELLE ACROPOLE

 

A l'époque et en dernier lieu, la Nouvelle Acropole se trouvait 63 rue de Tivoli à Dijon (tél : 80.30.46.87)

 

Lorsque vous êtes arrêtés aux feux rouges de l'agglomération dijonnaise, votre attention est régulièrement sollicitée par des affiches aux thèmes variés. Voici, à titre d'exemple, le programme d'activités qui vous ont été proposées pour l'automne 1987 :

- 2 conférences sur la sagesse du Tibet, les 24 septembre et 1er octobre ;

- 2 conférences sur l'Égypte et les mystères du sacré, les 8 et 10 octobre ;

- un après-midi d'étude pour développer son imagination active le 24 octobre ;

- 2 conférences sur mort et réincarnation les 4 et 9 novembre ;

- une journée d'étude sur le Cameroun

- 2 conférences sur l'architecture sacrée au moyen-âge (cathédrales, Notre-Dame de Paris) les 1er et 5 décembre ;

- un concert de musique médiévale, le 7 décembre, au Cellier de Clairvaux, au profit de "l'aide à l'enfance tibétaine".

- Pour les plus assidus enfin, un cycle de 14 ateliers, pour la somme de 620 F., permettait de vivre au présent et d'être soi.

Toutes ces activités avaient lieu à NOUVELLE ACROPOLE 20 rue de la Préfecture à Dijon. Remarquons au passage que cette dénomination est soigneusement imprimée en lettres minuscules au bas de l'affiche !

Mais, qu'est-ce donc que la "Nouvelle Acropole" ?

Le Centre de Documentation, d'Éducation et d'Action contre les manipulations mentales, de Roger Ikor, nous en livre une sérieuse analyse :

Nom officiel : Association Nouvelle Acropole-France (A.N.A.F.- Loi 1901). Filiale de l'Organisation Internationale Nouvelle Acropole. Origine argentine.

 

Historique

Fondée en Argentine (1957), par J.A.Livraga surnommé JAL, né à Buenos-Aires en 1930, et sa femme Ada Albrecht. Filiale française implantée à Lyon en 1973 sous le nom Organisation Nouvelle Acropole-France (autorisation ministérielle 1974), actuelle dénomination prise en 1981. Transfert du siège à Paris en 1979. Dirigeants en France : Fernand Schwarz et sa femme Laura Winckler, nés l'un et l'autre à Buenos-Aires en 1951 (nationalité argentine). Fernand Schwarz est un fils de parents allemands d'origine juive.

 

Doctrine

Double face, externe et interne.

a) Externe. La charte du mouvement présente l'A.N.A.F. comme un «centre de formation au service de la Culture et de l'Éducation, dispensant un enseignement supérieur basé sur la TRADITION, léguée par la PHILOSOPHIE CLASSIQUE». Fréquents recours à l'hellénisme. Buts : «Promouvoir la conscience de la fraternité humaine». «Développer l'étude comparée des religions, des sciences, des arts et d'une philosophie spirituelle et transcendante,

afin d'éloigner les menaces du matérialisme sous toutes ses formes, ainsi que la dissolution des moeurs et des institutions traditionnelles». «Explorer les pouvoirs latents chez l'homme et les lois inconnues de la nature». «Créer des groupes capables d'assumer le présent et de construire l'avenir».

b) Interne. Source : «Manuel du Dirigeant», composé de la «Hache d'Or» et le «Labyrinthe de Lapis-Lazulli», écrit par Livraga en 1969. Le Journal «Nouvelle Acropole» (réservé aux membres de l'A.N.A.F.). Un bulletin du C.S. (Corps de Sécurité) de Décembre 1967, signé J.M. Massé.

«Nouvelle Acropole est sur le plan externe une organisation culturelle et humaniste, et son coeur est une conception philosophique à la manière classique. Mais ce coeur a son propre coeur occulte, que sont les mystères ... Ainsi N.A, au fond, est une école de Mystères ou école théosophique». (La Société Théosophique nie tout lien avec N.A.)

Suivant le «Manuel, le bon dirigeant doit se donner totalement à l'Idéal ; «écraser sans pitié les pleurnicheries de la personnalité» ; «être dur et ne pas faire de concessions» ; savoir que «dans chaque Aspirant (...) il aura un Ami et une Ennemie. L'Ami est le moi interne (...) L'Ennemie est la personnalité de l'élève».

«La structure - à créer - se nourrit d'hommes et transmute les plus aptes dans son grand corps et sa grande Ame, les transformant en des surhommes. Les inaptes seront laissés derrière. Telle est la douloureuse loi». «A l'intérieur de N.A., la structure pyramidale doit s'implanter partout. Mais elle sera (...), si cela s'avère nécessaire, voilée». Danger possible dans la pyramide : l'Union exagérée de deux ou trois camarades les sépare de l'ensemble, leur faisant ainsi perdre l'Union fondamentale, axiome par excellence du système pyramidal».

Système politique prétendument «platonicien». La démocratie, ce «mythe», serait antinaturelle, inopérante et chaotique. Il faut lui substituer «une unification finale représentée au plan politique, à l'intérieur de l'État, par le gouvernement aristocratique et totalitaire». Le pouvoir appartient à un «Conseil suprême ou Sénat» (composé des «meilleurs cerveaux du pays») et à un «Président», les deux constituant le «Commandement Central de l'État» : «Dans le nouvel État, il n'y aura pas d'analphabètes, ni de mendiants, ni de fanatiques, ni d'organisations délictuelles. Tous ceux-là seront assimilés aux nouvelles structures et, dans le cas où ceci serait impossible, enfermés dans des établissements pour inadaptés ; ceux qui font violence seront exécutés inexorablement».

 

Pratiques

Extérieurement, le culturel et la philosophie sont abondamment développés : cours, conférences, etc..., avec accent sur l'hellénisme et l'égyptologie. Exemples: pour «un idéal de vie», trois cycles d'enseignement en quatre cents heures chacun, précédés de quarante heures de cycle préparatoire en trois mois. Programme de «formation culturelle» en mille deux cents heures sur trois ans. Ces études sont assez contraignantes pour que le jeune soit conduit à s'y consacrer entièrement, et à vivre uniquement pour la secte. Comme d'autre part «les membres de l'Association ne peuvent recevoir aucune rétribution à raison des fonctions qui leur sont confiées», ils travaillent gratuitement pour elle, mais payent les cours et autres moyens de formation.

Recrutement de jeunes idéalistes «piliers mystiques, véritables dirigeants», appâtés par l'espoir d'une vie sublimée par un idéal, la créativité, l'ambition de réussir. Au niveau supérieur, incitation au don total de soi.

Entre eux, les membres se saluent «à la romaine», selon eux ; c'est-à-dire exactement à la fasciste (bras levé, main tendue).

Définition à usage interne : «Depuis le fond de l'Histoire jusqu'à la fin des temps, toute organisation humaine qui essaie de faire oeuvre dans ce monde a utilisé, utilise et utilisera des variations du salut avec le bras droit en haut».

 

Organisation

Hiérarchisée strictement, militariste et à structures déguisées. A la tête, un «Commandement Mondial» (Livraga) ; pour l'extérieur, «Directeur Général» ; un adjoint, le «garde des Sceaux». Au-dessous, Commandants continentaux, puis centraux, puis Secrétaires nationaux, etc..., les appellations externes devant «s'adapter de la meilleure manière aux usages et coutumes de chaque pays». Siège à Lima ; Livraga réside ordinairement à Madrid.

Une «Structure nationale» se compose du «Commandant central», flanqué d'un Conseil et de quatre secrétariats. Annexes : le Corps de Sécurité (C.S.), les Brigades féminines, les Brigades de travail et le Corps des professeurs et instructeurs. Commandant pour la France : Schwarz ; sous ses ordres, «chefs de filiales» (centres locaux).

Deux organismes retiennent l'attention : le Service de renseignements et le Corps de Sécurité. Le S.R. maintient le C.C. et le C.S. sur l'intérieur et sur l'extérieur du groupe. Quant au C.S., le Bulletin est précis : «Nous sommes encore loin de la garde de la Rome Impériale ou de l'Armée Napoléonienne (...), mais nous sommes l'embryon de l'une et de l'autre et un jour le corps de sécurité sera aussi une grande armée, une grande force». Son «but immédiat est de veiller à l'ordre interne», son but lointain de «former des chevaliers, des hommes héroïques et constants au service de l'Idéal». Son chef sera de préférence «un amateur d'arts martiaux ou un militaire».

 

Propagande

La propagande, «thème d'importance primordiale», doit au départ «annoncer les cours sans trop insister sur Nouvelle Acropole ni sur ses symboles, en la présentant simplement comme un Institut Culturel privé. Ce type de propagande doit être suffisamment hybride pour ne pas créer de rejets ou suspicion prématurée».Elle doit encore «offrir une image accueillante de convenance personnelle sans laisser traduire que l'on appelle les gens pour «changer leur vie», ni pour les surcharger d'énormes sacrifices ou d'efforts. Quant, étant à l'intérieur, ils nous comprennent mieux, ces sacrifices seront pris comme des honneurs, mais auparavant ils épouvantent les gens».

Moyen par excellence, la conférence : patronage explicite de N.A., large publicité, thèmes culturels : «Pythagore et l'alchimie des nombres», «Comment vaincre la mort» etc. Rôle important de l'association «Arcades-conférences» à Lyon. D'autres activités taisent leur origine : ainsi ce week-end «Spécial-Jeunes» en forêt de Compiègne, consacré à la «Protection de la Nature, etc». Une telle propagande a permis à N.A. d'offrir des stages de «Formation professionnelle continue», de s'immiscer dans des manifestations telles que «Symbolium 87» à la Cité des Sciences de La Villette, galas ou concerts de «Médecins sans Frontières», etc.

 

Puissance matérielle

Implantation dans une trentaine de pays. En France, outre le Centre National de Paris, une dizaine de villes comptent des centres-écoles.

Ressources financières ignorées.

Raisons sociales : deux à trois cents membres animent les organisations suivantes : Association Nouvelle Acropole-France (Paris) ; Centres à Lyon, Marseille, Pau, Toulouse, Nantes, etc... Agence internationale pour la culture ; S.C. Tradition et Formation ; S.A.R.L. Métavision (les trois à Paris) ; S.A.R.L. Nouvelle Acropole Diffusion-Promorion (Feucherolles) : commerce art ancien ; S.C. Vacances-Découvertes-Traditions (Paris) : Agence de voyages ; Éditions N.A.D.P. (Nanterre).

 

Principales malfaisances

Fascisme avéré, calqué en tous points (sauf l'antisémitisme) sur l'hitlérisme: corps de SS embryonnaire, brigades de travail avec «manipules opératifs» où l'on chante en travaillant (Kraft durch Freude !), emblèmes (hache : elle est d'or massif avec émeraude pour Livraga), étendards, tenues (noire pour le C.S., brune pour les Brigades de travail, bleu marine pour les Brigades féminines), chants martiaux...

Final du Bulletin du C.S. : «Je salue le bras levé dans un triple écho tous les Libraga».

Bien entendu, la nature et la finalité véritables de "Nouvelle Acropole" sont révélées, non par son activité culturelle extérieure, mais par les textes à usage interne écrits par son fondateur, Jorge Angel Livraga. Dans l'introduction du "Manuel du Dirigeant", l'auteur souligne que cet ouvrage "n'est destiné ni à la publication extérieure ni même aux membres de Nouvelle Acropole qui n'ont pas de responsabilités directives" et met en garde contre "sa diffusion dans le monde extérieur", "non seulement dangereuse mais aussi inutile..." Il insiste, de plus, sur l'importance fondamentale de la propagande... qui doit dissimuler les véritables objectifs de "Nouvelle Acropole" !

Il n'est pas sans intérêt de faire remarquer que toute cette analyse a été rendue possible grâce à un jugement du Tribunal de Paris en date du 10.11.1982 ; les juges, après avoir fouillé jusque dans les documents tenus secrets, ont décidé de rejeter l'action de diffamation exercée par "Nouvelle Acropole" contre Alain Woodrow, journaliste du Monde et les associations A.D.F.I. et C.C.M.M. qui précisément, avaient dénoncé les véritables objectifs de la secte.

 

En conclusion, il faut souligner l'incompatibilité entre l'idéologie précitée et le message de Jésus-Christ. Comment tout d'abord, accepter d'adhérer à un groupe qui sciemment, s'efforce de dissimuler son but ? Ensuite, les termes rapportés ci-dessus, ne rappellent-ils pas certaines pages honteuses et douloureuses de notre histoire ? Devant ce mythe de surhomme, du fort, de la structure pyramidale... comment ne pas penser à ce passage de la 1ère épître aux Corinthiens (ch.12,v.22) : "les membres du corps qui sont tenus pour plus faibles, sont nécessaires". Devant la dureté des propos de l'association étudiée ici, Celui dont nous sommes les disciples nous rappelle son commandement nouveau : "COMME JE VOUS AI AIMÉS, AIMEZ-VOUS LES UNS LES AUTRES"

 

 

 

LES MORMONS

 

L'année 1987 a vu l'installation des Mormons dans le quartier de la montagne Sainte-Anne à Dijon. Un "bâtiment à usage culturel" leur offre une chapelle et des salles de cours disposées sur deux étages, sept salles, une bibliothèque, le bureau d'un évêque et des fonts baptismaux.

Le nom officiel du groupe est : "L'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers jours".

 

I - HISTORIQUE

Joseph SMITH (né en 1805) est un adolescent méthodiste, troublé par les mésententes des Églises chrétiennes. Il raconte qu'étant en prière, un ange du nom de Moroni lui apparut pour lui dire qu'il serait appelé à reconstituer dans son intégrité l'Église Chrétienne primitive ; il deviendrait ainsi l'instrument du renouveau que connaîtrait le Peuple de Dieu en Amérique. En effet, par delà 1800 ans d'erreurs et de décadence, la vraie mission d'évangélisation chrétienne allait reprendre.

Quelques années plus tard, l'ange lui fit découvrir le livre de Mormon, dernier roi des Néphites, prétendue colonie israëlite qui aurait émigré en Amérique au VIème siècle avant Jésus-Christ et que Jésus serait venu visiter. Ce livre était fait de plaques ayant l'aspect de l'or et gravées en "lettres égyptiennes". Nul, hormis J. Smith, ne devait le toucher sous peine de mort. L'adolescent put le déchiffrer grâce à des pierres magiques, que l'ange remporta une fois la traduction terminée. C'est pourquoi nul ne les vit jamais.

Smith reçut des mains de St Jean-Baptiste lui-même le "sacerdoce d'Aaron", dans une nuée lumineuse. Puis, avec des disciples de plus en plus nombreux, il répandit la nouvelle en Amérique où il voulait fonder un état théocratique gouverné par les dignitaires de son "Église". Pour trouver un sol où établir cet état, lui et ses disciples entreprirent une longue marche, de l'Ohio au Missouri et à l'Illinois pour aboutir, longtemps après, aux bords du Lac Salé.

Joseph Smith fut controversé à l'intérieur et à l'extérieur de son groupe, en raison notamment d'une "révélation" qui lui avait fait instituer la polygamie (il eut lui-même 17 épouses). En 1844, des troubles éclatèrent à la suite desquels Smith fut lynché.

Son successeur, Brigham YOUNG, fonda l'État de l'UTAH (capitale : Salt Lake City), composé de 75 % de Mormons, et qui fait partie des États-Unis d'Amérique. En 1890, une nouvelle révélation incita le "Président, prophète, voyant et révélateur" à la tête de l'Église à abolir la polygamie.

 

II - DOCTRINE

A) LES "LIVRES SACRÉS" :

* LE LIVRE DE MORMON

Le style est calqué sur celui de la Bible : produit de l'imagination illimitée de Joseph Smith qui cristallisait en "révélations" de Dieu ce qu'il ressentait intérieurement.

Ce livre raconte en particulier l'histoire de deux tribus israëlites qui auraient émigré en Amérique, environ 600 ans avant l'ère chrétienne. Les uns furent maudits et leur peau devint brune : leurs descendants sont les Indiens. Moroni était le dernier d'une autre tribu ; après sa "résurrection", ce fut lui "l'ange" qui apparut à Smith.

* DOCTRINE ET ALLIANCES

* LA PERLE DE GRAND PRIX

* Une revue mensuelle : "L'ÉTOILE".

B) "LA SEULE VRAIE ÉGLISE DE JÉSUS-CHRIST" :

Les Mormons ont la conviction absolue d'être la seule vraie Église de Jésus-Christ. "Le Mormonisme est le christianisme restauré dans sa pureté. Il enseigne dans sa plénitude le message de l'Évangile, tel que l'a prêché le Christ... Pour comprendre la différence fondamentale entre l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et l'Église Catholique Romaine ou les Églises protestantes, il faut bien saisir 3 termes : Église du Christ - Apostasie - Restauration."

* Église du Christ :

Église laïque fondée et dirigée par le Christ, établie sur la révélation.

* Apostasie :

"En raison de changements introduits dans l'Église par des hommes : baptême des enfants, établissement d'une classe privilégiée de prêtres, transsubstantiation..., l'Église a cessé d'être reconnue par Dieu. Sur la terre, l'Église du Christ cessa d'exister".

* Restauration :

"Dieu a restauré son Église Primitive dans sa plénitude par l'intermédiaire de Joseph Smith". "Cette restauration de l'Église par J. Smith est l'événement le plus significatif pour le salut du monde depuis la résurrection".

 

QUELQUES POINTS SUR LA THÉOLOGIE MORMONE :

Les conceptions fondamentales des Mormons sont très éloignées du Christianisme dans le domaine théologique.

. DIEU :

"Dieu Lui-même a été ce que nous sommes maintenant et Il est un homme exalté".

"Le Père Éternel est Lui-même en pleine évolution".

. JÉSUS :

"La naissance du Christ fut aussi naturelle que celle de n'importe quel autre enfant; elle était le résultat d'une action naturelle". De plus, il reviendra à la fin des temps en Amérique ; il régnera en personne sur terre ; celle-ci sera renouvelée et recevra sa gloire paradisiaque.

. L'ESPRIT SAINT :

"Le Saint-Esprit est un Etre Personnel, mais avec un Corps Spirituel". "La personne même du Saint-Esprit ne peut pas être à plus d'un endroit à la fois."

. LA TRINITÉ :

"Jésus et le Père éternel sont clairement des Etres glorifiés avec un Corps de chair et d'os. Le Saint-Esprit a un Corps Spirituel". Il existe un grand nombre de divinités parmi lesquelles le Père, le Fils et l'Esprit auraient seulement un statut spécial.

. LA CRÉATION ET L'HOMME :

"Créer signifie organiser. C'est une notion tout à fait fausse que de croire que le monde ou quoi que ce soit ait été créé à partir de rien".

"Jésus fut aidé lors de la création du monde par plusieurs grands esprits, tel que Michaël, Adam, Noë, Abraham, Moïse, Pierre, Joseph Smith".

Les hommes ont été créés avant le monde. Ils subsistent à l'état d'esprits en attendant qu'une procréation leur donne un corps. "Si Adam n'eût pas transgressé... ils n'eussent pas eu d'enfants... Adam tomba pour que les hommes fussent..." Ils évoluent vers la divinité : "Tel que Dieu est, l'homme peut le devenir". "L'homme est un dieu à l'état embryonnaire". Il est nécessaire de donner aux esprits préexistants le plus grand nombre possible de corps humains, d'où pendant un temps, le recours à la polygamie.

A l'origine de l'homme sont "impliqués une Mère divine autant qu'un Père divin".

. LA RÉVÉLATION :

"Nous croyons tout ce que Dieu a révélé, tout ce qu'Il révèle maintenant et nous croyons qu'Il révélera encore beaucoup de grandes et importantes choses concernant le Royaume de Dieu" (article 9 du Credo mormon).

"Nous croyons que la Bible est la parole de Dieu, pour autant qu'elle est traduite correctement" (article 8). Mais pour Smith la Bible a été corrompue. Il l'a appris par diverses révélations et par le Livre de Mormon qui affirme : "La grande et abominable Église... a ôté de l'évangile de l'Agneau de nombreuses parties claires et précieuses pour pervertir les voies du Seigneur". Smith a donc reçu l'ordre de corriger la Bible. Il y a fait "des milliers de changements... 128 versets au moins ont été ajoutés au Nouveau Testament et 1475 ont été changés... Dans l'Ancien Testament, le prophète a rejeté le Cantique des Cantiques, comme Écriture non inspirée". En outre, le LIVRE DE MORMON, DOCTRINE ET ALLIANCES et LA PERLE DE GRAND PRIX sont considérés comme des livres à l'égal de la Bible.

. LE SALUT :

"Il n'y a pas de salut possible en dehors de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours". Les Mormons insistent sur les mérites personnels. Le rôle de la grâce divine est minimisé. D'ailleurs, le péché originel n'existe pas.

. LE BAPTEME :

Seul compte le baptême selon le rite Mormon. "Les seules personnes sur terre qui possèdent cette autorité (à donner le baptême) sont les possesseurs de la prêtrise, dont l'ordination se rattache directement à J. Smith.

Le baptême des petits enfants est violemment rejeté.

Lorsqu'un membre est exclu de la communauté et y revient ensuite, il doit être à nouveau baptisé.

Le baptême mormon peut être appliqué aux morts, permettant à ceux-ci d'être sauvés ; ce qui explique l'intérêt des mormons pour les recherches généalogiques. Les registres d'État Civil sont passés au crible dans le monde entier et reportés sur micro-films.

On peut se faire baptiser par procuration pour les morts qui n'ont pas reçu de leur vivant le "baptême véritable".

On peut célébrer également des mariages célestes, parfois avec des morts, préparant ainsi les époux à devenir des dieux.

 

III - EXPRESSION DE LA FOI DES MORMONS

A) Le culte :

Les Mormons estiment posséder la seule véritable prêtrise : celle d'Aaron et de Melchisédech, mais ils n'ont pas de clergé séparé. Tout homme digne peut exercer cette prêtrise qui est d'ailleurs très répandue parmi les adeptes. Ils distinguent deux degrés dans la prêtrise :

. La prêtrise d'Aaron, qui peut être conférée à un garçon à partir de l'âge de douze ans et s'applique aux affaires temporelles ;

. La prêtrise de Melchisédech, qui comprend la première mais s'applique aussi aux affaires spirituelles.

Le culte s'exprime par des chants, des cantiques, des prières libres et un "mémorial" de la Cène qui est célébrée avec du pain et de l'eau.

Il est à noter l'importance de la dîme et du jeûne au profit du groupe. Un mormon doit consacrer 20 % de son revenu, ainsi que des heures de travail bénévole. Tous les jeunes de 18 à 20 ans se font missionnaires un à deux ans.

 

B) Le mode de vie :

Les Mormons proclament : "La gloire de Dieu, c'est l'intelligence". Ils ont toujours donné à l'instruction une place de choix. Ils cultivent les arts, la danse et la musique.

Leur moralité est supérieure à la moyenne. Un bon Mormon ne boit pas d'alcool, ne fume pas, s'abstient de café et de thé.

Chez eux, les vertus familiales sont honorées - et aussi les vertus sociales qui rendent la vie agréable : l'amabilité, la franchise, la cordialité, la maîtrise de soi.

Ils sont quatre millions dans le monde, dont 12 000 en France. Leur prosélytisme est discret mais persévérant.

Les Mormons reconnaissent eux-mêmes qu'ils ne peuvent adhérer au Conseil Oecuménique des Églises, en raison de leurs divergences sur les dogmes fondamentaux du Christianisme.

 

 

 

LA RÉVÉLATION D'ARÈS

 

Voici pour commencer le texte exact du tract bleu distribué sur le marché ou au Centre Dauphine à Dijon, par exemple :

 

OUVRONS NOS COEURS !

Cessons de discuter inutilement. Cessons de nous juger, cessons de dire : "C'est nous qui avons la vérité, c'est eux qui sont dans l'erreur !"

NOUS AVONS LE MEME DIEU, IL EST UN

Toutes ces religions, toutes ces différences sont des accidents de l'histoire : c'est l'homme qui en est responsable. Cessons d'être attachés à des dogmes ou à des détails qui nous divisent.

Attachons-nous à l'essentiel de la parole qui est pleine d'Amour, de promesse de Bonheur et d'espoir de Justice. Cessons nos raisonnements intellectuels, nous sommes faits pour vivre ensemble, Dieu n'a jamais voulu ces divisions.

LA RÉVÉLATION D'ARÈS a été reçue surnaturellement en 1974 et 1977 à Arès près de Bordeaux.

Depuis la Bible et le Coran, la RÉVÉLATION D'ARÈS forme L'APPEL A LA LIBERTÉ le plus vigoureux lancé par Dieu aux hommes pour qu'ils se délivrent des idoles de l'esprit (idéologies, systèmes) comme des idoles de bois (religion), pour qu'ils croient en eux-mêmes, se prennent en charge et changent le monde en abandonnant à leur délire dogmatique et autoritaire le roi blanc (tous pouvoirs religieux) et le roi noir (tous pouvoirs politiques ou financiers).

Vous trouverez toujours des gens pour traiter cette Révélation d'imposture ou de folie. Il vous suffira de lire LA RÉVÉLATION D'ARÈS pour comprendre leur hostilité.

Nous espérons surtout qu'en la lisant vous trouverez des raisons d'espérer et d'agir.

"La Révélation d'Arès Intégrale" dans la plupart des librairies et bibliothèques de prêts

Information: Écrire à G... et T... M...

........

........

ou téléphoner au ........

 

Ce tract appelle quelques informations.

 

I - LE FONDATEUR DE CE GROUPE

 

1) En 1972, Michel POTAY se disait "évêque missionnaire et exarque synodal en Europe occidentale". Son siège était à Bourges : "Église cathédrale de la Sainte Trinité", 6 rue de la Monnaie.

Le 5 novembre 1973, il écrivit à Mgr Maziers, archevêque de Bordeaux : "Ayant, par refus de contraintes politiques excessives, demandé à mon saint Synode d'accepter ma démission d'exarque, je me retirerai à partir du 1er janvier 1974 à Arès ... Je suis français de souche mais de culture religieuse grecque orthodoxe ou plus exactement russe orthodoxe". Il ajoutait avoir 43 ans et appartenir à "l'Église Vivante". En 1983, il a donc 53 ans. Il est marié et père de 3 fillettes.

2) Le Secrétariat général de l'Épiscopat, dans sa circulaire 72-90 du 18 décembre 1972, avait déjà fait savoir que, selon le témoignage du Père Stéphanos, secrétaire du Comité interépiscopal orthodoxe de France, l'épiscopat de Michel Potay était considéré "comme un épiscopat inexistant".

3) Dans son ouvrage : "l'Évangile donné à Arès", daté de 1974, Michel Potay déclare qu'il n'est plus évêque : "Je fus tout à fait désorienté parce que le Christ m'ayant ordonné en termes de colère de quitter l'Église et son clergé, j'avais naturellement supprimé de ma vie tout ce qui pouvait rappeler l'évêque". Il se considère désormais, selon son expression, "comme un pèlerin qui a rencontré son Seigneur à Arès". Il se sent donc libéré.

 

 

II - "L'ÉVANGILE DONNÉ A ARÈS" :

 

Arès est une commune de la Gironde qui compte 3000 habitants en hiver (de 3 à 5 fois plus en été) et qui est située au nord du Bassin d'Arcachon.

Michel Potay s'est installé à la sortie de l'agglomération dans une maison entourée de murs assez élevés qui l'isolent entièrement.

C'est là qu'il prétend avoir reçu, du 15 Janvier au 13 Avril 1974 (c'est-à-dire aussitôt après son arrivée en Gironde), 40 révélations qu'il a transcrites, dit-il, sous la dictée du Christ. A cause de cela, il a donné à sa maison le nom de "Maison de la révélation".

Avec ces 40 révélations, il a composé son opuscule de 94 pages qu'il a intitulé : "l'Évangile donné à Arès" et qu'il a largement diffusé et fait diffuser à travers la France.

"C'est bien un évangile", dit Michel Potay au dos de son ouvrage, un évangile qui "prend place parmi les Écritures Saintes", qui ne remplace pas "les quatre illustres antécédents", mais "vient les parfaire". Ces 40 révélations reçues directement du Christ constituent pour ainsi dire un 5ème évangile. "Le Christ que j'ai vu et entendu, qui m'a touché, était bien l'Incarné". "Le Christ me parla en français".

C'est au cours de la nuit que le Christ lui dicta ses révélations qui se présentent sous forme de 40 chapitres divisés en versets et qui sont écrites, à la manière des prophètes de l'Ancien Testament, avec des images agrestes, dans un style emphatique, mais sans aucune allusion au monde d'aujourd'hui.

Ces révélations suscitèrent des attaques du démon contre Michel Potay : "Le démon me souleva de terre, me jeta sur le sol... tête première".

En 1981, Michel Potay a publié une seconde édition de son ouvrage : "l'Évangile donné à Arès - Édition populaire", "revue sur les originaux", et il publie sous forme de fascicules un périodique intitulé "le Pèlerin d'Arès".

 

III - LE CONTENU DE CET "ÉVANGILE" :

 

. D'ABORD, LA VOCATION DE Michel POTAY

"Toi, homme Michel, je t'ai reconnu avant que de ton père, tu n'entres dans les entrailles maternelles.

Je t'ai réservé à mon service. J'ai éloigné de toi les récompenses et les honneurs".

"Comme j'avais envoyé mes disciples aux nations d'Israël, je t'envoie aux nations".

 

. DIEU ET LE CHRIST

"Je suis celui qui a parlé par Adam mon premier fils... par Azer... par Noë... par Abraham et par Moïse... par Muhammat (Mahomet)... par Jésus mon second fils."

Le Dieu qui se révèle à Michel Potay :

"C'est le Dieu de la Bible et du Coran", dit-il dans l'édition populaire, mais ce n'est pas le Dieu en trois personnes :

"Les docteurs m'ont façonné un Dieu à trois têtes pour étonner les faibles".

Quant au Christ, voici ce qu'il est ou ce qu'il n'est pas :

"L'homme Jésus n'est pas Dieu

C'est le Christ qui est Dieu,

C'est Moi né de Jésus né de Marie".

 

. LE CULTE DES SAINTS ET DE LA VIERGE MARIE

Seule la Vierge Marie comme le Christ a droit à être honorée et avoir son image :

"Tu n'aboliras pas mes images

Tu en feras de même de Marie

Tu aboliras toute autre image d'homme.

Qui peut savoir qui est sauvé, qui n'est pas sauvé ?"

 

. LES SACREMENTS :

.Le Baptême :

"Pour faire cérémonie de ma Parole livrée aujourd'hui, celui qui demande le Baptême se tiendra devant un vase rempli d'eau et dira : Non pas l'eau de Jean mais Son eau. Ensuite le baptisé lavera sa tête et ses mains dans l'eau du vase et répandra ce qui reste sur le sol".

.Le Sacrement de l'Ordre est aboli : Tout le monde est prêtre.

"Tu n'établiras pas de prêtres car personne que moi ne donne force et pardon, personne que moi ne donne mon Corps et mon Sang. Plus personne ne fera seul mémoire de mon sacrifice".

"Tu n'imposeras les mains à aucun successeur".

"Tu feras établir dans les Assemblées en toute égalité le tour de chacun de faire mémoire de mon sacrifice".

.L'Eucharistie :

"Ne dresse pas d'autel mais la table du Mémorial. Tu y feras déposer pain, vin et huile en suffisance pour que le pénitent désigné à son tour pour faire mémoire de mon sacrifice en prépare de quoi faire manger tous ceux de l'Assemblée, hommes, femmes et enfants".

.Le Mariage :

"J'ai vu les épousailles dans les coeurs des jeunes gens dès qu'ils se sont aimés... Mais avant de connaître leurs corps... ils viendront à l'Assemblée qui priera avec eux selon que tu l'établiras".

.La Pénitence :

"Quiconque pêche contre moi mais entre en pénitence est ordonné à faire 'mémoire de mon sacrifice". Que disparaisse le péché pour qu'il ne reste plus trace de mes plaies".

.L'imposition des mains aux malades :

"Ta force guérira les malades". "Tu imposeras les mains aux malades. Tu en traiteras de toutes les manières de ton art. Selon ton art, tu défendras les affligés contre le mal et les méchants, contre la magie et les devins car le travail est bon à l'ouvrier et il en reçoit son salaire".

.La prière :

"Écoute, homme Michel, voilà la prière des pécheurs...'Père de l'univers, toi seul es saint'... etc... (suit une paraphrase du Pater avec cette demande : 'Que soit abattu le malin').

"Trois fois le jour, une fois la nuit, car le pécheur doit bien à son salut l'instant d'une prière dans les ténèbres où circulent les démons comme les loups".

.Les obsèques :

"Tu n'imposeras pas de funérailles parce que comme Elie j'ai élevé ma mère jusqu'à mon séjour".

.La liturgie :

Elle a été inventée par Michel Potay au fur et à mesure des assemblées. "Qu'on ne me demande pas comment se célébrera la Mémoire du Sacrifice... Comment se dérouleront exactement le baptême... les épousailles... J'attends l'instant pentecostal promis où Dieu soufflera l'Esprit". Cependant, pour 4 assemblées, Michel Potay et les participants revêtent une tunique ou une aube, des tapis jonchent le sol, des inscriptions tapissent les murs de la salle où se tient l'assemblée.

 

. L'ATTITUDE DE MICHEL POTAY

 

1 - Vis-à-vis des Églises (latine ou grecque) :

C'est une attitude d'opposition : "Les épis les plus lourds seront les plus difficiles à gerber: ceux poussés à Rome et à Athènes... Un orgueil inouï dresse leurs tiges comme des lances".

2 - Vis-à-vis des Prêtres :

C'est une attitude d'un anticléricalisme qui va jusqu'à l'obsession. Rares sont les chapitres de ce singulier évangile où ne soient pas attaqués les prêtres, "les princes du culte" (= les évêques), "les docteurs" (= les théologiens).

"Je t'ai fait passer par les palais des princes du culte, leur trône, leurs cours, leurs sanctuaires, pour que tu connaisses toutes leurs ruses, leur art de parler, leur art plus grand encore de se taire".

"Hypocrites, ils miment l'humilité".

"Leurs prêtres seront renvoyés au champ et à l'établi".

"Dans mes assemblées, on ne parle pas une langue d'ivrogne comme le font les docteurs".

3 - Michel Potay propose à ceux qui ont du mal avec les Églises, avec la foi, ainsi qu'aux malades et angoissés d'aujourd'hui :

"Prenez ce livre, vous y trouverez toutes les révélations que le Christ m'a faites, lisez, relisez, méditez, interprétez. Ensemble, nous prierons. Ensemble, nous célébrerons le Mémorial du Sacrifice, et, comme vous êtes prêtres comme moi et avec moi, vous revêtirez comme moi une aube ou une tunique. Si vous êtes malades, si vous souffrez, si vous avez des inquiétudes, je vous imposerai les mains, je vous guérirai, je vous soulagerai, car une force émane de moi".

 

Après lecture de ce "5ème évangile",

rappelons-nous simplement les propos de St Jean de la Croix dans "La Montée du Carmel" :

"En nous donnant Son Fils ainsi qu'Il l'a fait, Lui qui est sa Parole dernière et définitive, Dieu nous a tout dit ensemble et en une fois, et Il n'a plus rien à dire... Il n'a plus rien à nous dire, puisque, ce qu'Il disait jadis en déclarations séparées, par les prophètes, Il l'a dit maintenant de façon complète, en nous donnant le tout dans le Fils.