SERVICE DIOCÉSAIN "PASTORALE, SECTES ET NOUVELLES CROYANCES"

9 bis, boulevard Voltaire - 21000 DIJON

 

"PASTORALE, SECTES ET NOUVELLES CROYANCES"

N° 5

Définition & critères de distinction (éditorial 2)

Le Nouvel Age

ISSN 0990-0500

 

 

Mars 1990

ÉDITORIAL n° 2

 

Le dictionnaire "Le Petit Robert" définit le mot "secte" comme

1) un groupe organisé de personnes qui ont une même doctrine au sein d'une religion ;

2) un ensemble de personnes qui professent une même doctrine philosophique.

Cette nuance ainsi exprimée entre le typiquement religieux et le philosophique ou idéologique, est à retenir particulièrement de nos jours. En effet, lorsque, autrefois, on prononçait le mot "secte", ce dernier avait automatiquement une connotation religieuse : on pensait aussitôt aux Témoins de Jéhovah, aux Pentecôtistes, etc... Or, cela n'est plus suffisant à l'heure actuelle. On peut très bien rencontrer une secte qui ne se présente pas comme un groupe religieux, mais seulement comme un groupe psychothérapique par exemple.

Cette remarque étant faite, creusons la définition du mot, et ce, à partir de son étymologie. Le mot "secte" viendrait déjà du verbe latin "SEQUI", qui signifie : SUIVRE quelqu'un. On suivra par exemple un leader, un prophète, un gourou.

La deuxième racine possible se trouve dans un autre verbe latin, SECARE, traduit par : couper, diviser, SÉPARER.

Ainsi éclairés, nous pouvons essayer de définir le terme par un groupement d'hommes ayant réalisé un certain type d'expérience religieuse ou professant une même doctrine. Ce groupe, en général, a fait sécession, s'est coupé d'un plus grand, en suivant un maître, un chef.

 

-----------------------------------------------

 

Cette définition ainsi esquissée, quels CRITÈRES employer pour distinguer une secte d'une religion ou d'un groupe idéologique ordinaire ? Selon certains, en effet, le christianisme ne serait-il pas une secte qui a réussi ?

Les caractéristiques communes aux groupements sectaires concernent :

- leur origine et leur diffusion, - leur différents messages, - leur fonctionnement.

 

1) ORIGINE ET DIFFUSION DES SECTES

 

A) Main-mise d'un leader

A l'origine du groupe sectaire, nous trouvons toujours un individu, un LEADER, doué pour le maniement de la parole par exemple et qui exerce une très forte influence sur ceux et celles qu'il rencontre. Cet homme (parfois cette femme) révèle à l'analyse une certaine structure paranoïaque ou au moins paranoïde.

Nous pouvons évoquer des noms :

Moon pour l'A.U.C.M. (Association pour l'Unification du Christianisme Mondial), RON HUBBARD pour l'Église de Scientologie de Paris, Moïse DAVID pour Famille d'Amour (ex Enfants de Dieu), Marcel CORNELIS pour la secte de St Erme, par exemple. Le nom du guru de la secte Krishna est révélateur du culte de la personnalité repérable chez le leader. En effet, son nom, A.C. Bhaktivedanta Swami Praghupâda signifie "le Maître aux pieds duquel s'inclinent tous les autres" !

Ce guru à la personnalité dangereuse se fait le centre absolu du groupe et concentre sur lui seul toute l'énergie et tout l'intérêt de ses disciples. Il a l'art également de saisir les idées ambiantes pour étayer son discours.

 

B) Art de jouer sur la peur

Il, puis ses adeptes avec lui, a l'art de jouer sur la peur. Tel est bien souvent l'entrée en matière des Témoins de Jéhovah : "Vous rendez-vous compte que nous approchons de la fin du monde ? Vous voyez bien comme tout va mal ; les signes précurseurs sont là : guerres, chômage, cancer, sida. Bientôt, ce sera la catastrophe finale : Harmaguédon ! Aussi, dépêchez-vous de nous rejoindre pour être sauvés !" Des groupes plus modernes n'en utilisent pas moins cet argument. Citons entre autres Scientologie et sa fameuse pilule Niacine qui doit protéger l'adepte contre les effets de la prochaine déflagration nucléaire mondiale ! L'an 2000 arrive ! avec tout l'imaginaire débridé à chaque approche millénaire.

 

C) Manipulation des recrues

Devinée dans ses soucis et ses fragilités ou dans sa quête de sens et de valeurs, la personne ciblée par la secte devient une recrue manipulée. C'est ainsi que Scientologie tenait une crèche (agrée par la DDASS de l'époque) dans un quartier parisien. A partir de l'enfant, il lui était facile d'attirer l'attention des parents sur tel ou tel problème que semblait présenter leur progéniture. Dans un deuxième temps, les parents quelque peu anxieux et donc rendus ainsi plus vulnérables, s'entendaient dire que la source des difficultés de leur enfant, était à rechercher en eux. Pour ce faire, ils pouvaient bien entendu bénéficier de la célèbre "Dianétique" ou "Science Moderne de la Santé mentale" que conseillait le centre. Et c'est ainsi qu'à partir d'une halte-garderie, ces parents pouvaient se retrouver élèves des séances d' "Audition" scientologiques.

 

D) Aliénation des personnes

Cette manipulation savamment dosée peut très bien devenir une véritable aliénation de la personne. Citons le cas de la secte "Zen Macrobiotique". Son gourou, Ohsawa, y prescrit dix régimes nutritifs et "curatifs" (en descendant vers le 1 puis remontant vers le 7). A mesure qu'on monte vers ce stade 7, les exclusions alimentaires se précisent ; à la pointe de la pyramide, le 7 prescrit uniquement des céréales. En buvant aussi peu que possible ! "Si vous n'arrivez pas au bien-être que vous désirez, essayez le régime au-dessus. Le plus élevé, celui qui a le numéro 7 est le plus facile". C'est ainsi que le fils de Roger Ikor, adapte de la secte, a fini par s'y suicider. Son père découvrit alors l'enfer des sectes et consacra les dernières années de sa vie à lutter contre ce fléau.

 

E) Recrutement systématique et forcené

Le recrutement se fait par prosélytisme individuel et grandes manifestations de groupes. C'est ainsi qu'un adapte mooniste n'obtiendra le droit au mariage que s'il a ramené trois adeptes au moins à la secte.

Les personnes recrutées font l'objet d'un endoctrinement, disons d'un lavage de cerveau. Là encore, prenons l'exemple de Scientologie avec ses cinq heures d'enseignement quotidiennes. Cet endoctrinement va passer bien souvent par un vocabulaire spécifique, un jargon incompréhensible pour qui n'est pas initié. Soulignons également la pauvreté de ce vocabulaire interne. Voici une parole sacrée de la Fraternité Blanche Universelle : "Taro, Tora, Rota, Tarota, Rotaro" (à prononcer trois fois !). Cette spécificité et cette indigence de langage sont une manière de séparer du monde extérieur.

Le groupement sectaire ainsi formé pourra alors essaimer et créer des sous-groupes avec leaders locaux.

 

2) MESSAGE DES SECTES

 

A) Annonce d'un prochain paradis terrestre

Après avoir joué sur la peur tapie au fond des coeurs, la secte va bien entendu apporter la solution qu'elle seule détient. Le "missionnaire" s'en va donc annoncer le prochain paradis terrestre. Les Amis de l'Homme par exemple offre la béatitude dans le Lot-et-Garonne, berceau du paradis.

 

B) Fuite d'un monde juge satanique

Et tout ce qui sera extérieur au groupe "paradisiaque" sera naturellement jugé satanique. La secte présente ainsi une conception dualiste du bien et du mal comme deux forces opposées : un dedans fraternel et un dehors hostile et maléfique.

Un témoin de Jéhovah doit se méfier du monde, plein d'embûches et de tentations ; il doit fuir ce monde satanique et vivre à part. Aucune institution humaine ne saurait recevoir de lui la moindre considération ; il ne doit pas saluer un drapeau, ni accomplir de service militaire, même civil. C'est ainsi que 600 jeunes jéhovistes environ, sont actuellement en prison pour refus de service. Un témoin de Jéhovah ne vote pas, ne milite pas dans un syndicat. Pour lui, la Société des Nations pour l'Organisation des Nations Unies représentent tout simplement les 2 Bêtes de l'Apocalypse.

Il en va de même pour la secte Moon. Le nouvel adapte, coupé de son milieu, de sa famille, de ses amis, ayant renoncé à ses études et remis tout ce qu'il possède à la secte, se trouve pris dans un univers manichéen : bonheur à l'intérieur (souriez Moon), Satan à l'extérieur.

 

C) Révélation d'une nouvelle révélation

Bien souvent, tracts et brochures font apparaître cette expression "révélation d'une nouvelle révélation" ou bien : "le message ultime"... L'association "Les amis de la Croix glorieuse de Dozulé" se propose principalement d'annoncer au monde le message contenu dans le recueil intitulé ! "Dozulé, Message unique, définitif et ultime de Jésus de Nazareth, le Fils de l'Homme, le Ressuscité, le Vivant" (1972-1978). Ce message demande entre autres l'élévation dans le petit village du Calvados d'une croix dont chaque bras doit mesurer 123 m. et dont la hauteur atteindra 738 m. "Seuls seront sauvés ceux qui seront venus se repentir au pied de la croix glorieuse et se laver au bassin de purification".

Les Mormons, quant à eux, croient "tout ce que Dieu a révélé, tout ce qu'Il révèle maintenant et (... Il révélera encore beaucoup de grandes et importantes choses concernant le Royaume" (article 9 du credo mormon). Joseph Smith, le fondateur, a ainsi institué la polygamie dans son groupe. Et c'est en raison d'une nouvelle "révélation" que 1840 connut l'abolition de cette coutume.

 

D) Déchaînement des extravagances

Tout est possible dans une secte. Voici, à titre d'exemple toujours, une lettre rapportant les paroles de Maharishi, initiateur de la Méditation Transcendantale. Observons au passage le vocabulaire et traduisons le message pour les non-initiés ; une des pratiques de la méditation transcendantale est le "vol" : oui, il s'agit de décoller du sol, de... léviter (promet la secte). Il faut développer ces exercices en Allemagne, afin que le fossé entre le Bloc de l'Est (où la lévitation n'existe pas) et le bloc de l'Ouest soit supprimé ; ainsi la paix dans le monde sera instaurée... et le mur de Berlin éboulé !

 

AKADEMIE MARIENBERG, BOPPARD AM RHEIN 19 Juillet 1983

A tous les Gouverneurs et Sidhas de l'ère de l'illumination.

Objet : Nouveaux temps de la super-radiance.

 

Chers Amis,

Le 13 Juillet, Maharishi a parlé avec le premier Purusha à mille têtes à Boppard (...).

Maharishi a proposé, afin d'augmenter la cohérence, de coordonner le moment de nos vols de telle sorte que le plus grand nombre possible des (environ) 5.000 Sidhas allemands pratiquent leur programme de vol simultanément. Après consultation de plusieurs centres de Sidhas, nous avons fixé deux moments de vol, le soir (au choix) : Tous les gouverneurs et Sidhas de l'ère de l'illumination sont invités à participer dans leur centre à l'un des moments nationaux de vol en commun, soit à 18 heures 30, soit à 19 heures. Ceux qui ne peuvent venir au Centre sont priés, si c'est possible, de renforcer l'effet de superrayonnement national en pratiquant leur programme de vol chez eux, à l'une des heures indiquées.

De plus, nous proposons, si c'est possible, de voler le matin à 6 h 30 ou à 7 heures. N'oubliez pas non plus le programme de super-radiance universel, pendant les week-ends, au Centre : le samedi et le dimanche à 10 et 11 heures, le soir à 18 heures 30». (...)

 

Selon l'enseignement de l'Association Internationale pour la Conscience de Krishna,

Les astronautes américains n'ont pas pu atterrir sur la lune, car «Les chiffres védiques... (parfaits) établissent que la lune est à 800 000 miles plus loin de la terre que le soleil. Et donc même si l'on admet le calcul moderne concernant la distance terre-soleil (93 millions de miles), comment les astronautes auraient-ils pu aller sur la lune en seulement 91 heures».

Quant à Claude Vorilhon (français, né en 1946), il a été selon ses dires, transporté en vaisseau spatial sur la planète "Géniocratie" des "Elohim" sur ordre du "Président du Conseil des Éternels" le 7 octobre 1975. Il y aurait reçu des messages sur l'origine et le devenir de l'humanité. Baptisé "Raël" (le messager) par les extra-terrestres et missionné pour révéler la "Vérité" sur terre, il est revenu faire des adeptes et préparer ceux-ci au départ en soucoupes volantes pour fuir notre planète dans sa phase finale.

 

E) Manipulation abusive de la Parole de Dieu

Les Écritures sacrées (Bible, Bhagavad-Gîta pour l'hindouisme) sont retraduites et réinterprétées par la secte. Les Adorateurs de serpents sont nés en 1909 aux États-Unis à partir de la lecture fondamentaliste (ras la lettre) d'un certain Hensley. Par une belle soirée d'été, celui-ci tomba en arrêt devant le texte suivant : "Par mon nom, ils chasseront les démons, ils parleront en de nouvelles langues, il prendront des serpents dans leurs mains et s'ils boivent quelque poison mortel, ils n'en éprouveront aucun mal ; ils imposeront les mains aux malades et ceux-ci en seront guéris" (Marc XVI, 17-18). Illuminé par cette révélation, Hensley décida de mettre en pratique la prescription de la Bible afférente à l'amicale fréquentation des serpents.

Ces distorsions et simplifications abusives de la Parole de Dieu font florès dans la Bible des Témoins de Jéhovah, "les Saintes Écritures"/"Traduction du monde nouveau". Quelques exemples de falsification :

 

Traduction oecuménique

Traduction des Témoins de Jéhovah

 

Jean I,1 : "Et le Verbe (la Parole) était Dieu"

"et la Parole était dieu"

c'est-à-dire un être divin inférieur à Dieu

 

Matthieu XVI, 26 : "Ceci est mon corps"... "Ceci représente mon corps !

"Ceci représente mon sang"

l'emploi de ce verbe vise à nier la présence réelle du Christ.

 

Jean VIII, 28 : "Lorsque vous aurez élevé le Fils de l'homme, vous connaîtrez que "Je Suis"

"Quand vous aurez élevé le Fils de l'homme, vous connaîtrez que l'homme vous saurez que je le suis"

II n'y a plus référence au nom divin révélé à Moïse et repris par Jésus. C'est la négation de la ivinité de Jésus.

 

Tite II, 13 ! "En attendant la bienheureuse espérance et la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur Jésus-Christ"

"...la manifestation du grand Dieu et de notre Sauveur le Christ Jésus"

Dans cette traduction, il est question de deux personnes différentes : Dieu, et Jésus (qui n'est pas Dieu).

 

Luc XXII, 43 ! "En vérité, je te le dis, aujourd'hui, tu seras avec moi dans le paradis.

"En vérité, je te le dis aujourd'hui : tu seras avec moi dans le paradis".

Les défunts pour les Témoins de Jéhovah sont réellement morts jusqu'à la résurrection, l'âme n'étant pas immortelle.

 

Apocalypse

"cent quarante quatre mille marqués du sceau, de toutes les tribus des fils d'Israël"

Pour les Témoins de Jéhovah, ce nombre est à prendre au pied de la lettre.

Or, 12 est le chiffre d'Israël ;

1000 désigne une multitude infinie ;

12000 x 12 signifie la multitude des élus d'Israël.

Quant aux élus convertis du paganisme ils sont désignés par ce verset : "ensuite je vis (dans le même ciel) une multitude immense que personne ne pouvait dénombrer".

 

F) Transformation du dogme et de la pratique

Allant de pair avec la retraduction et la réinterprétation des Écritures, nous pouvons observer également dans la secte une transformation des dogmes et de la pratique.

Le groupe St Erme, à un certain stade de son évolution "dérapante", découvrit sous l'influence de son gourou, l'abbé Marcel Cornelis, que l'Eucharistie n'avait pas à être célébrée uniquement par un prêtre, mais que le sacerdoce appartenant à tous, chaque membre de la communauté célèbrerait la messe à tour de rôle.

Yvone Trubert, fondatrice de "Invitation à la Vie Intense" (IVI) fait quant à elle un curieux amalgame de christianisme, d'hindouisme et de théories ésotériques. L'enseignement religieux, d'apparence catholique, invite à fréquenter les églises et les pèlerinages catholiques, mais elle enseigne la réincarnation. Par ailleurs, des rites nouveaux symbolisent et remplacent les sacrements.

Ce qui est repérable dans le sein des religions chrétiennes, l'est aussi dans toutes les religions. Pour la secte Krishna, Krishna précisément y est considéré comme "Dieu unique et suprême" alors que l'hindouisme, polythéiste, le considère comme l'un des deux avatars de Vishnu.

 

3) FONCTIONNEMENT

 

A) Séparation du tronc ecclésial

L'exemple typique nous en est fourni par la secte de St Erme (SIRIM-SIRIC). A l'origine, dans les années 1960, on trouve un petit groupe biblique paroissial fondé par un prêtre belge "extraordinaire", et ayant un très grand ascendant sur les jeunes qui l'entourent. Ces derniers, désireux d'aller plus loin dans leur cheminement, Marcel Cornelis transforme le groupe en une communauté selon la spiritualité de Charles de Foucauld. Dans les années 1970, la communauté, devenue beaucoup plus importante, est reconnue officiellement par l'Église catholique et a pignon sur rue. Mais vers 1974, la communauté entre dans un chemin de déviance. C'est à ce moment-là qu'est instaurée la célébration eucharistique avec présidence à tour de rôle. Certains jeunes réussissent alors à reprendre leur liberté. Mais la plupart se laissent persuader par le fondateur que leur doute sur la question est une tentation et une manoeuvre du Mauvais. Coincés dans ce chantage au combat spirituel ou pour d'autres dans le chantage affectif exercé par Marcel Cornelis, les adeptes se mettent à préparer fébrilement la fin des temps (stocks et abris), ceci sous l'inspiration directe du Saint Esprit. Bien entendu, l'Église Catholique retire toutes ses autorisations. Les disciples de St Erme se font alors "débaptiser" (l'Église c'est Satan !). En 1975, l'association (loi 1901) qui les soutient juridiquement et s'est substituée à la précédente qui était religieuse, de déclare a-politique et a-religieuse. Ils entrent dans la clandestinité. A partir de 1978, pour mieux cacher leurs activités religieuses (ou plutôt ce qu'il en reste), ils se déclarent carrément "athées" et militent afin d'être au-dessus de tout soupçon, à la Libre pensée, la Ligue des Droits de l'Homme, Amnesty International, etc... En 1980, les quelques 300 membres de l'ancienne et déjà lointaine association religieuse catholique se transforment soudainement en chercheurs prétendûment scientifiques, sous la houlette de leur gourou, "craint et aimé", promu en la circonstance "directeur de recherche" et ils fondent une société civile de recherche. En 1981, ils publient grâce à leur maison d'édition deux livres (dont l'un avec la caution partielle du Dr Laborit) qui évoquent les pièges de la communication et les moyens d'éviter les manipulations !

 

B) Intolérance

Comme nous venons de le constater dans le parcours de St Erme, la secte se ferme sur elle-même et ses certitudes ; elle "a la vérité" et entre dans un processus d'intolérance et de fanatisme. Il faut citer là tous les intégrismes que l'on observe actuellement dans toutes les religions.

 

C) Argent

Très souvent, même là où l'on ne s'y attend pas, apparaît le démon de l'argent. Les sectes en effet, ont des visées financières. Que l'on se rappelle le récent scandale des télé-évangélistes américains : le "ministère de Jimmy Swaggart a rapporté à celui-ci la coquette somme de 850 milliards de FF en une année ! Pour adhérer au Mouvement Raëlien, il convient de faire, s'il y a lieu, acte d'apostasie vis-à-vis de son ancienne religion, verser 10 % de ses revenus, léguer ses biens au mouvement (maison familiale exclue, quand même !) si possible de son vivant. Des collectes d'argent sont organisées pour la construction d'un temple, future ambassade des extra-terrestres.

Voici encore un fait divers : Gérard Mirault, 38 ans, ingénieur informaticien, a trouvé la mort dans la nuit du 29 au 30 décembre 1984 par -15°, sur le plateau du Larzac. Adepte de l'Église de Scientologie, il venait de découvrir qu'il était le Messie. Cette nuit-là, il était sorti nu pour assister au lever du soleil à la Roche percée. Sa femme déclare : "En 1984, il avait donné plus de cinquante millions de centimes à la secte et son livret de caisse d'épargne sur lequel il avait versé une somme importante est vide. Les écrits de Ron Hubbard lui ayant démontré qu'il vaut mieux détenir la connaissance plutôt que de posséder une maison, les Scientologues l'ont littéralement pressuré".

 

D) Isolation de l'adepte

Ce dernier a tout perdu bien souvent : ses biens, son travail, ses études, ses amis, sa famille. Cette dernière n'a plus de relation, ou des relations tellement stéréotypées avec son fils ou sa fille. C'est la souffrance de Monsieur Decaris par exemple, dont les trois fils sont "moines-soldats" de l'Abbé de Nantes. Quand ce père essaie de croiser le regard de ses enfants le long du cortège phalangiste organisé chaque année à Paris par le mouvement de la Contre-Réforme, il ne reçoit de la part de ceux-ci qu'insultes et injures.

Il faut encore évoquer ici tous les drames conjugaux suscités par les Témoins de Jéhovah, lorsqu'un des conjoints refuse de se convertir au jéhovisme.

 

E) Totalitarisme

Le tout, enfin, se maintient grâce à une structure extrêmement rigide et pyramidale ; les pouvoirs de décision sont entre les mains d'un petit nombre d'individus groupés autour du chef ; aucune opposition n'est tolérée. L'obéissance doit être absolue.

Quelques citations :

- Même si ce que je dis est un mensonge, vous ne pouvez rien perdre en suivant cette manière de vivre" (Moon, le 1/10/1977)

- "Guru Maharaj Ji est un tel océan de grâce, si vaste ! Si vous n'obéissez pas à ce que dit Maharaj Ji, à quoi sert-il de vivre en ce monde ? Mieux vaut mourir de honte. Si je vous demande de vous couper la tête pour Guru Maharaj Ji, vous devriez le faire et la lui offrir sur un plateau" (sic !).

 

 

L'évocation de ces quelques critères nous entraîne loin des vraies religions. En effet, "c'est en donnant à des peuples entiers un sens à la VIE que les grandes religions ont acquis une place de premier rang dans la société. Il n'est pas sûr que ce soit en ce sens qu'oeuvrent actuellement les nouvelles sectes" écrivait un magistrat spécialiste de la question, Patrick Boinot.

Ainsi, lorsqu'un groupe fait problème, il est important de se poser à son sujet, un certain nombre de questions précises :

1) Le Maître

Y en-a-t-il un ? Quelle image cherche-t-il a donner de lui-même ?

2) La structure

Est-elle fortement hiérarchisée ? Par quels moyens est-elle obtenue et maintenue ?

3) Le pouvoir

Comment est-il réparti ? Qui l'exerce ?

4) L'argent

Comment est-il acquis ? utilisé ? réparti >?

5) Le recrutement

Est-il intensif ? rapide ? ses techniques sont-elles loyales, mensongères ?

6) La liberté

Quelle liberté est laissée aux adeptes dans l'information, la discussion, l'action ?

 

EN CAS DE DOUTE,

SE RENSEIGNER

AUPRES D'ORGANISMES

COMPÉTENTS SUR LA QUESTION !

A SUIVRE .........

 

 

 

LE NOUVEL AGE

 

 

INTRODUCTION

Il ne s'agit pas d'un groupe sectaire déterminé, mais bien d'une nouvelle culture ambiante et croissante, d'un nouveau paradigme, c'est-à-dire d'une nouvelle manière de voir les choses, proposée comme voie de salut à l'homme d'aujourd'hui et de demain.

Telle une lame de fond, cette "nébuleuse dense aux contours flous", pour reprendre l'expression du Père Jean Vernette, nous arrive des Etats-Unis, de Californie précisément, où elle a pris naissance vers les années 1970.

Cette expression "Nouvel Age" (ou : New Age), nous la repérons déjà dans la dénomination choisie par des groupes de plus en plus nombreux, parmi lesquels l'ancêtre mooniste, qui s'appelait à ses origines "Pionniers du Nouvel Age".

"Typiques de la nouvelle religiosité, ces groupes portent des noms divers, professent des doctrines variées, mais ils dégagent comme un air de famille." Ils travaillent à créer, selon eux, la conscience planétaire qui assurera l'établissement de la religion universelle. Leur ambition en effet est bien de proposer la suprareligion mondiale qui marquera le passage à l'ère du Verseau, aux approches de l'an 2000, et la fin de la religion chrétienne de l'ère des Poissons. Ce sera alors le Second Avènement Christique.

"Nouvel Age" : expression parfaite du néo-paganisme qui marque la fin de ce deuxième millénaire ; paganisme nourri par l'attente d'un nouvel âge, d'un nouveau monde. Les millénarismes sont de retour !

Il convient donc ici d'en étudier les caractéristiques pour connaître cette nouvelle culture qui nous environne et nous sollicite, et la connaissant, bien nous situer en tant que disciples et témoins de Jésus-Christ, tel que les Apôtres nous l'ont fait rencontrer.

 

1) DES NOMS - REFERENCES

 

1) DES NOMS - REFERENCES

Une liste, en vrac :

. H.P. Blavatsky, fondatrice de la Théosophie, . Alice Ann Bailey, fondatrice de l'école Arcane, . Allan Kardec, père du spiritisme, . Rudolph Steiner, fondateur de l'Anthroposophie, . Gurgjieff, . Aurobindo . Krishnamurti, . René Guénon, . Djwhal Kuhl, . Aldous Huxley, . Carl Rogers, . Carl Gustave Jung, . Dr Elisabeth Kubler-Ross . Hubert Marcuse . Louis Pauwels . Jean-François Revel . William James . Papus, maître à penser de l'occultisme.

. Marilyn FERGUSON, auteur de "Les enfants du Verseau. Pour un nouveau paradygme", etc...

 

2) DES GROUPES

Des exemples, non exhaustifs : . Anthroposophie . Théosophie . Rose-Croix . Fraternité Blanche Universelle . Graal . Nouvelle Acropole . Scientologie . Atlantis . Ordre Martiniste . Findhorn . Siddha Yoga . Raja Yoga . Méditation Transcendantale . Groupes de Développement du Potentiel Humain . Communautés écologiques . Arcane . Gnose de Princeton . Metanoïa . La Bonne Volonté Mondiale . Le penser Nouveau . Réseaux Triangle . Groupes de thérapie ufologique (extra-terrestres) . etc... . etc...

 

3) UN VOCABULAIRE

Si nous sommes attentifs au vocabulaire employé par ces divers groupes, ou tout simplement à un certain langage ambiant, nous entendons souvent prononcer ces mots :

- harmonie, paix, unité, amour ;

- lumière, vibration, réalisation, niveau de conscience ;

- éveil, conscience planétaire ;

- Christ, christique, initié, Maître, Instructeur, guide, principe christique ;

- énergie, énergie universelle, spirituelle, divine, christique, consciente, mentale ou cosmique ;

- émergence ;

- etc...

"Dans cet univers religieux, on parle non d'éthique mais de mystique, non de foi mais de connaissance, non d'eschatologie, mais de protologie (de protos : premier), non de décision mais d'expérience, non d'engagement mais d'illumination, non de mal mais d'ignorance".

Tout ce vocabulaire appartient en fait au langage ésotérique et symbolique.

 

4) DES PRATIQUES

 Le Nouvel Age, c'est un ensemble de pratiques, apparemment hétéroclites, mais inspirées par une vision d'humanisation totale ("holistique") :

- techniques d'élargissement de la conscience", voies de méditation et médecines de l'âme ;

- maîtrise du corps avec le Taï-chi-chuan, le yoga et les arts martiaux, la caisse d'isolation sensorielle ou les thérapies douces ;

- l'astrologie humaniste, la danse sacrée et le "channeling" (communication avec les entités du monde invisible) ;

- maîtrise de la nature avec l'art floral de l'Ikébana ;

- écologie et végétarisme ;

- musique New-Age : douce, synthétique et fluide, aquatique et positive, celle du cosmos, des vibrations dans l'éther et du niveau subliminal de la conscience, sur fond de message susurré d'optimisme et de fraternité planétaire".

 

5) UN CREDO

Dans cette "nébuleuse aux contours flous", nous pouvons discerner une sorte de credo non formulé, dont voici un certain nombre d'articles :

- la réincarnation et la loi du karma (cf. Pastorale et sectes n° 3),

- l'attente d'un nouvel âge du monde,

- la loi des cycles cosmiques,

- la réalisation spirituelle comme objectif de l'existence individuelle,

- l'éveil à une conscience planétaire comme objectif de l'existence collective,

- la nature divine de la conscience collective,

- le rôle du corps comme lieu d'intégration au cosmique,

- une anthropologie faisant place au corps subtil, éthérique, astral ;

- une cosmologie faisant place aux anges et aux esprits,

- la croyance à un Christ cosmique animant l'univers comme une énergie subtile ;

- la croyance à l'existence d'avatars christiques - tel Jésus - venant guider périodiquement l'humanité vers sont destin spirituel ;

- l'assurance que l'humanité est sur le point d'entrer dans un âge nouveau de prise de conscience spirituelle et planétaire, d'harmonie et de lumière à l'aube de l'ère du Verseau ;

- cet âge, marqué par des mutations psychiques profondes, verra le second avènement du Christ, dont les Energies sont déjà à l'oeuvre parmi nous.

En un mot, il s'agit là du credo commun, même s'il est non-dit, de l'ésotéro-occultisme.

 

6) UNE DOCTRINE SOUS-JACENTE

D'une part, c'est une doctrine syncrétiste.

D'autre part, il n'y a pas de doctrine officielle. Chacun est sensé penser ce qu'il veut.

Cependant, il se dégage un certain nombre de points bien précis.

L'objectif principal de ce courant de pensée est la transformation de l'homme et de la société.

 

A) Les ères astrologiques :

Le Nouvel Age s'identifie volontiers à l'ère du Verseau. Cette dernière serait un temps de bonheur et de joie que le monde n'a jamais connu.

Selon les occultistes, le temps serait divisé en périodes ou "ères astrologiques". C'est ce que nous appelons le Zodiaque, c'est-à-dire la zone de la sphère céleste dans laquelle se meuvent le soleil et les planètes. Une portion de la sphère céleste, en quelque sorte. Le Zodiaque est divisé en 12 constellations que les astrologues appellent signes (Cancer, Capricorne, Gémeaux, Vierge, Balance, etc...) Les 12 constellations correspondent grosso modo aux 12 mois de l'année. Seuls les derniers "signes" nous intéressent ici, à savoir le Taureau, le Bélier, les Poissons et le Verseau.

Les astrologues, à la différence des astronomes (ces derniers sont des scientifiques), interprètent les constellations. Selon eux, chaque nouvelle ère astrologique correspond à une certaine forme de culture ou de société. Ainsi, la religion babylonienne fut celle de l'ère du Taureau, la religion mosaïque, celle du Bélier. L'ère des Poissons correspondrait à la civilisation chrétienne. Les chrétiens n'avaient-ils pas le poisson comme signe de reconnaissance ? (Ichtus : le sous Christos Theou Huios Sôter : Jésus-Christ Fils de Dieu Sauveur).

Selon les occultistes et les spirites, nous sommes arrivés à la fin de l'ère du Poisson, c'est-à-dire à la fin de l'ère chrétienne ! Une nouvelle ère va commencer, celle du Verseau. Il est tout naturel que l'on cherche à comprendre ce que sera cette ère.

Il s'agirait d'un âge nouveau, appelé aussi ère Aquarius, un courant multiforme, inlassable. Il n'a pas de visage, pas de nom spécifique, pas de dogmes, pas d'organisation structurée, pas de fondateur, pas de hiérarchie, mais de multiples racines, d'innombrables formes. Il se veut adaptable à tous, communicable à chacun. Le Verseau sera l'âge d'or de l'humanité, le Nouvel Age...

Les adaptes de cette interprétation proposent donc la supra-religion mondiale qui marquera cette ère du Verseau. Cette religion offrira aux croyants des vieilles Eglises le moyen de dépasser leurs insuffisances, d'accéder à un niveau de compréhension plus élevé, et de retrouver l'authentique Esprit christique. Ce sera, poursuivent-ils, l'époque de l'Eglise de Jean après l'Eglise de Pierre, l'âge d'or après l'âge noir.

Alice Bailey (1880-1949), dissidente de la Société Théosophique et l'une des références des spirituels du Nouvel Age, n'avait-elle pas prédit : "... dogmes et rites 'dépassés' seront alors rejetés, une nouvelle religion mondiale s'instaurera parallèlement au nouvel ordre mondial".

Et certains, impatients de ce passage, n'hésitent pas à prêcher l'accélération de la destruction du christianisme !

A l'issue de ce développement sur les ères astrologiques, soulignons simplement que l'astrologie ne doit pas être confondue avec l'astronomie, cette dernière, seule, étant scientifique. Les astronomes, d'ailleurs, ne manquent pas de contester vivement les divers propos des astrologues.

 

B) Le refus de la Révélation

La devise des spirituels du Nouvel Age pourrait être : "Je prends mon bien où je le trouve".

Cette diversité et cette multiplicité des courants seraient d'ailleurs, aux dires des inspirateurs du Nouvel Age, la condition même de son avènement. Paradoxe de l'évolution qui, à leurs yeux, pour tendre vers la plénitude de l'Unité, a besoin de l'infinitude et de la diversité. Mais on perçoit aussi en arrière-plan de cette hospitalité spirituelle souvent syncrétiste, le refus de toute religion qui affirmerait apporter, au nom d'une révélation extérieure, l'intégralité de la Vérité. Refus qui vise au premier chef, la religion chrétienne et l'Eglise de Jésus-Christ.

"La loi de la diversité offre un nombre varié de langages, de formes, de traditions et de techniques qui répondent à la diversité d'éléments individuels, à la grande variété de structures émotives et mentales de ceux et celles qui cherchent leur Unité sacrée. Les méandres et les labyrinthes ne sont pas les mêmes pour tous et le chemin à parcourir, les moyens de progresser vers leur sortie, sont différents pour chacun d'entre nous. Aucun système spirituel ne saurait s'imposer à l'ensemble des autres humains au travers d'un langage unique". On reconnaît dans cette conviction l'un des traits de la nouvelle religiosité.0 Et Theilard de Chardin est appelé à la rescousse : "Tout ce qui monde, converge". Plus il y aura de rayons convergents vers le centre de lumière, plus il existera de possibilités, de moyens d'accès à l'Eveil de l'Etre".

Ainsi, toutes les religions sont fondamentalement semblables et de même valeur, pour le Nouvel Age, parce qu'elles ont leurs origines dans une Tradition primordiale. L'ésotériste le vérifie par l'étude des symboles, des traditions, des rites, tous universels. Toutes les religions ont en effet à ses yeux, le même objectif : l'expérience directe et immédiate de la conscience cosmique et divine. Les religions ésotériques et la masse de leurs fidèles l'ignorent parce qu'ils vivent à la superficie du réel, du sens caché des Ecritures : dans l'apparence, l'illusion, la "maya". Il était temps que viennent les Nouvelles Religions pour notre temps : Religions de l'ère du Verseau, Religion cosmique, Evangile Universel, Age de l'Ultime Révélation.

Rappelons ici ce passage de la déclaration conciliaire "les relations de l'Eglise avec les religions non chrétiennes" (Nostra aetate) :

L'Eglise catholique ne rejette rien de ce qui est vrai et saint dans ces religions. Elle considère avec un respect sincère ces manières d'agir et de vivre, ces règles et ces doctrines qui, quoiqu'elles diffèrent en beaucoup de points de ce qu'elle-même tient et propose, cependant apportent souvent un rayon de la vérité qui illumine tous les hommes. Toutefois, elle annonce, et elle est tenue d'annoncer sans cesse, le Christ qui est «la voie, la vérité et la vie» (Jean 14,6), dans lequel les hommes doivent trouver la plénitude de la vie religieuse et dans lequel Dieu s'est réconcilié toutes choses.

S'il nous faut être ouvert aux rayons de la vérité qui illumine tout homme, il n'en demeure pas moins que Jésus-Christ seul a pu dire : "Je suis la Vérité".

 

C) Cosmogonie ou théorie de la formation de l'univers

Ces groupes d'inspiration ésotérique et gnostique sont monistes. C'est-à-dire qu'ils proposent une vision du monde où la multiplicité des êtres est considérée comme la manifestation illusoire de l'Unité métaphysique absolue : de la Source unique et divine, "christique".

"Il n'y aucune distinction entre le monde et sa Cause. Le monde procède par émanation. Celle-ci est vue comme une involution, une descente, une chute de l'esprit dans la matière : mystère de l'Incarnation".

Les courants du Nouvel Age vont donc tendre "à l'unité de l'homme et du cosmos, à la Plénitude et l'Harmonie d'Etre, et ils impliquent tous un don sacré de soi-même à Cela même qui nous tire vers le haut, quelle que soit la forme qu'il prend dans le langage des hommes". Ils visent la fusion à Cela.

Dans cette théorie, Dieu n'est pas considéré comme le Créateur et nous, comme ses créatures. Selon le Nouvel Age (et l'ésotérisme sous-jacent), les êtres sont une "émanation" du Divin, une dégradation divine dans la chair. Le but sera donc pour les adaptes de cette doctrine, de fuir la matière et l'incarnation, et de se fondre dans le grand Tout. "Cela", bien entendu, n'a pas de nom et n'est pas une Personne avec qui chaque être humain, personne unique et irremplaçable, puisse dialoguer. Il n'y a pas de place pour le Dieu-Amour.

 

D) Un nouveau Christ pour le Nouvel Age

La nouvelle religiosité est le fruit d'un brassage des cultures et des religions à l'échelle planétaire. Du coup, "Jésus se trouve situé sur les rayons du supermarché religieux mondial à côté de Bouddha, Krishna et Mahomet, Pythagore et Zoroastre".

 

a) JESUS

La vie de Jésus est, selon le Nouvel Age, à interpréter comme un ensemble d'abord symbolique dont l'initié apprendra progressivement à décrypter le sens ésotérique.

L'incarnation de Jésus n'en est qu'un cas particulier : la manifestation d'un avatar du Divin cosmique. Sa crucifixion signifie l'état de l'esprit qui reste emprisonné dans le monde de la maya (l'illusion), ligoté à la matière. Son Ascension est l'expression symbolique de l'itinéraire spirituel de l'homme accomplissant "la démarche inverse appelée évolution, remontée, élévation de l'esprit".

 

b) CHRIST

Christos qui a déjà habité Jésus, va connaître d'autres incarnations. Et spécialement à l'approche de l'ère nouvelle (le Nouvel Age), dans laquelle nous allons entrer. En effet, Jésus n'étant qu'un avatar pour son temps, il est normal pour la pensée Nouvel Age que surgissent d'autres christ pour les temps que nous vivons. Et ils pullulent déjà !... Voici par exemple, "Maïtreya, le Christ du Nouvel Age". Le christ fondera la nouvelle religion mondiale du Nouvel Age.

Ces nouveaux christ ne sont pas Dieu, mais une manifestation du Divin Cosmique. Maïtreya le Christ est "un grand Fils de Dieu hautement évolué, mais pas unique dans sa divinité. Nous sommes tous divins. Il a évolué plus rapidement que nous et au delà".

"Le Christ n'est pas une personne. C'est un simple courant qui stimule la vie christique en ceux qui en sont le plus conscients. Le Christ se lève ainsi aujourd'hui en chaque homme de l'ère nouvelle en même temps qu'il se manifeste en notre environnement planétaire, et c'est une expérience universelle..."

On sent bien que l'on est entré dans un autre monde : celui de l'ésotéro-occultisme. Ces christ ne sont évidemment plus Jésus-Christ !

Jésus, le Verbe de Dieu fait historiquement chair, non pour nous débarrasser de celle-ci mais pour nous ressusciter avec elle :

"Un seul Seigneur, Jésus-Christ, le Fils Unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles,... Dieu, né de Dieu, lumière, née de la lumière, vrai Dieu né du vrai Dieu, Engendré non pas créé, de même nature que le Père, et qui (qui) tout a été fait".

 

E) Pas besoin de salut

La vie de Jésus est le résumé de la démarche initiatique qui consiste à s'arracher à la roue de la réincarnation, à se libérer du karma : en se branchant sur l'Energie "christique", qui "est le tissu ultime de toute réalité".

Le terme de la démarche spirituelle qui consiste à s'abreuver à l'Energie divine, visa à conduire l'individu à l'harmonie avec soi-même et avec l'ensemble du cosmos, et à le faire parvenir à la maîtrise absolue qui est le principe de la liberté intérieure.

L'adepte "New Age" vise donc, à travers les diverses pratiques énoncées au paragraphe 4, sa perfection. Une perfection "à la force du poignet". Rien à voir avec l'enfant prodigue renouvelé et sanctifié par la miséricorde du Père.

 

7) DOMAINES D'APPLICATION DE CETTE THEORIE :

A) Le monde des entreprises

Partout aux USA (et cela nous arrive en Europe comme un raz-de-marée), on voit surgir des quantités d'organisations ou d'entreprises (Insight, Actualisations, Silva Mind Control, Lifespring, Est et son Avatar Forum) dont beaucoup existent depuis assez longtemps mais qui prennent une orientation nouvelle. Elles ne proposent pas seulement à des individus d'apprendre, en un ou plusieurs week-ends et moyennant des chèques substantiels, à se réaliser, à devenir "riches, heureux, comblés", dominer leur existence et celle des autres, réussir, éliminer leurs problèmes, réaliser tout leur potentiel... Elles mettent sur le marché des réunions et séminaires où les entreprises envoient leurs collaborateurs en stage.

Ainsi, au mois de juillet 1986, des représentants de plusieurs des plus grandes sociétés américaines (IBM, AZT et T, General Motors entre autres) étaient réunis au Nouveau Mexique pour discuter très sérieusement de la manière dont la métaphysique, l'occultisme ou la mystique hindoue pouvaient aider leurs cadres à devenir plus compétitifs sur les marchés mondiaux. Des millions de dollars sont dépensés chaque année par des entreprises pour ces programmes. On se doute que les employés peuvent difficilement refuser de participer à ces stages.

Les promoteurs de ces techniques prétendent inaugurer un "Nouvel Age" de compréhension : il s'agit tout bonnement pour l'humanité de passer à un autre niveau, la "conscience cosmique" ou au moins "élargie". Quoi de plus tentant que d'utiliser ces nouvelles forces pour améliorer la coopération à l'intérieur des entreprises, obtenir un meilleur rendement, stimuler l'esprit inventif, emporter de nouveaux marchés ?

Pourquoi cet engouement ? Même dans le monde des affaires, on a l'impression que les anciennes méthodes et manières de penser "ne marchent plus", qu'il faut trouver autre chose - et c'est "l'énergie cosmique", une force comme celle qui est à l'oeuvre dans "Star Wars". Tout cela est assez divers et ces groupes de "potentiel humain" ne sont pas nouveaux... C'est leur développement actuel (et leur entrée dans le monde des affaires) qui impressionne.

 

B) La science

La science doit prendre un nouveau visage. L'esprit scientifique doit se spiritualiser. Plus exactement, le chercheur doit faire appel à la connaissance intuitive ou méditative. Le savant, le chercheur, s'il veut comprendre l'Univers (physique et métaphysique), devrait "se retourner", changer de mentalité.

C'est exactement le principe de Steiner. La connaissance des choses n'est plus le fait d'expériences établies, découlant de lois, mais avec le New Age, elle devient postulat. L'intuition, faculté invérifiable de l'homme, devient, en vertu du postulat, une loi. Ce serait la fin de la science traditionnelle et l'avènement de la science de l'esprit, une science de la conscience élargie, une science métaphysique. Un exemple typique nous en est donné dans la démarche du physicien Jean Charon, converti à la physique métaphysique.

Précisons que, si des scientifiques osent contester de tels propos, au nom même de la démarche scientifique, le Nouvel Age ne manquera pas de les qualifier de scientistes !

 

C) La médecine

Le Nouvel Age préconise une autre médecine, une médecine plus humaine, plus chaleureuse et qui tienne compte de la personne, et non plus des symptômes seulement. Une médecine de la personne en quelque sorte. La médecine traditionnelle - surtout allopathique - devrait se réformer et soigner non seulement le corps mais aussi l''esprit. Elle serait même remplacée par une autre médecine qui aurait pour objectif d'harmoniser la technique avec le corps et l'âme. Le Nouvel Age préconise les médecines parallèles. Et pas n'importe lesquelles : le yoga, l'hypnose, la musique, l'acupuncture, les techniques de méditations bouddhiques, etc...

Le Nouvel Age, dans sa recherche d'une médecine de la personne, n'a pas tout à fait tort ; simplement, l'emploi de techniques parapsychologiques pour la guérison place le malade sur un terrain très empirique et dangereux. En effet, la médecine "New Age" risque fort dans les années à venir de glisser vers une médecine "scientifico-occulte". La médecine constitue en effet un terrain de choix à cause de l'expérimentation sur la personne humaine. La médecine du Nouvel Age est aussi une médecine expérimentale qui touche principalement au cerveau et à la conscience. Elle fait appel, non à des critères purement scientifiques, mais à l'intuition. Il s'agit donc, grosso modo, d'une médecine plus empirique que scientifique.

 

D) L'éducation

Le Nouvel Age a déjà établi son programme, dans la mouvance d'un Rudolph Steiner, fondateur de l'Anthroposophie. L'intuition, l'ouverture" vers la parapsychologie, l'expérience psychique, la transformation personnelle, constituent la base de la méthode préconisée.

Le Nouvel Age prétend encore réformer l'économie, la politique, etc...

 

CONCLUSION

"On perçoit en arrière plan, un climat d'espoir et de crainte typique de notre époque de crise, qui engendre l'attente de la fin de ce monde et le désir d'un monde autre. Le Nouvel Age attire, parce qu'il promet santé, bonheur et sens de la vie, mais aussi parce qu'il veut répondre au malaise de la société dans son ensemble au delà du mal-être individuel

"Pour nous chrétiens, la prolifération de ces offres et de ces produits est surtout interpellante parce que signification d'attentes authentiquement spirituelles et mystiques qui n'ont pas su trouver de réponse, questions posées aux Eglises et aux sociétés.

"Il s'agit pour nous à la fois d'être présents là où les gens posent ces questions, car ce sont d'authentiques questions ; et d'apprendre sans cesse à formuler notre identité chrétienne, en rappelant en particulier que le salut est donné par la foi au seul Jésus-Sauveur, Parole ultime du Père, et non par la connaissance cumulée ; que la divinisation est le fruit de la Grâce et non de l'illumination de la conscience ; que le fait historique de l'Incarnation de Dieu en Jésus de Nazareth rend le christianisme irréductible à toute "Unité transcendante des religions" prétendant fonder la Religion mondiale de l'an 2000 et de l'ère du Verseau.

"Il s'agit de redire aujourd'hui en termes neufs le "kérygme" - le message de toujours".

Tel est le défi pastoral adressé aux chrétiens en cette fin du second millénaire : une nouvelle culture, un néopaganisme sont déjà là... à évangéliser.

----------------------------------------------------

BIBLIOGRAPHIE

"Jésus dans la nouvelle religiosité", du Père Jean VERNETTE, collection "Jésus et Jésus-Christ N° 29, chez Desclée.

 

 DEPÔT LEGAL - IMPRIME PAR NOS SOINS.